Mains

Pénélope Selhausen-Kosinski, 2017-2019

Ma mère m'a toujours conseillé de ne pas débuter par les mains, si je voulais apprendre à dessiner. Mais je n'ai jamais voulu apprendre à dessiner, et les mains furent longtemps mes seuls sujets, bien qu'on y voyait plutôt des pinces de crabes. Dessiner une main me procure le même plaisir enfantin que de caresser un chat ou colorier sans dépasser; ce sont les seules parties du corps qui harmonisent l'anguleux et la courbe avec une telle linéarité.

Mes mains, sur papier, sont maigres, disproportionnées, étrangement longues. Pour rien au monde je ne voudrais savoir dessiner les mains.

  • Twitter
  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon